Bart's Race Reports/Evenements

Pucon IronMan 70.3 (fr)

Pucon, IronMan 70.3, Chile    24 Janvier 2010

Prologue:

Septembre 2009, je me prépare un voyage en Amérique latine, au départ je penses surtout à la Patagonie du coté argentin.
Surprise, un demi IronMan est juste a la frontière avec le Chili à la date du voyage… 

Un IronMan 70.3 en Janvier, bon si c’est vraiment le plus beau du monde alors ça vaut bien un petit effort 🙂

Si je trouve un moyen de trouver un velo sur place, ca peut le faire: je prévois de faire tu trekking et de partir uniquement avec un sac sur le dos, la tente et les duvets.

– Je contacte différents magasins de velo (une chance que je parle espagnol), pas moyen de louer un vélo sur place.

– Je parcours les blogs internet du Chili, je rentre en contact avec plusieurs personnes pour voir si ils connaissent des magasins qui loueraient. Et la je “croise” Cesar, qui tient a jour le Blog le plus complet au Chili sur le Triathlon.

Incroyable réaction: sans me connaitre il me propose directement de me prêter son vélo d’entrainement !!

De la est partie l’aventure de ma participation au Triathlon de Pucon.

J-6

Arrivée à Santiago, on se sent comme a la maison, une sensation étrange que j’avais deja connu a Barcelone. Notre “Hostal” (B&B) est parfait, on s’empresse de sortir pour visiter la ville. Superbe. A l’heure de l’apero par contre ca se gate: aucun bar ne vent de la Biere: c’est soiree d’election, deuxième tour des présidentielle !!

J-5

Ca y est, on peut prendre una Cerveza  !
Rendez vous avec Cesar, pour récupérer le velo, et l’apporter a la boutique de vélo qui va nous faire le transport A/R  jusqu’a Pucon.

Puis Bus de nuit pour rejoindre Pucon.

J-4

On arrive a Pucon, 1h de marche pour trouver le camping avec les sacs de 20kilo sur le dos… Ouf ! La vie semble sympa a Pucon, la plage, la montagne, les bars, etc…

J-3

Levé a 5h00 pour aller faire ascension du volcan Villarica (en activité),

Ce n’est pas trop difficile, mais ca dure tout de même 5h00, la descente est bien plus rapide via des glissades :) . On doit utiliser le piolet et les crampons sur la glace.Certains membres du groupe abandonnent en cours de route: a force de vivre entouré de Triathletes on oublie qu’on est  quand même en forme (heureusement vu le temps passé a faire du sport :D)

J-2

Repos, direction les “Source Chaude” pour relaxer :)

Je passe récupérer le vélo le soir:

Après un rapide check up, un peut de travail de maintenance est nécessaire: changement de tous les cables, réglage des freins et des vitesse. Il faut également que je fasse redresser les roues.

Le velo est “un peu” trop petit, je repositionne tout pour avoir un minimum de comfort (ca sera pas comme sur mon propre vélo, mais ca ira)

J-1

je fais devoiler les roues le matin, ouf le “clac clac” est parti, il ne reste plus que le couic-couic du pedalier, on fera avec !
Je pars tester le vélo et me degourdir un peut les jambes pendant 1h00. Bon un peut mal aux fesses, mais c’est pas dramatique.
15h00, je recupere le stock pour la course et les “goodies”.

Contenu du sac: notamment, un Tshirt (pas mal cool), une gourde,  un « sac Banane »  (c’est la mode à fond ici… encore un truc qui va finir au garage ), et stick pour les lèvres aux couleurs « IronMan » (ou s’arreterons t’il…) , mais pas de crème solaire 😉

Ensuite on dépose le vélo dans la zone de transition, super bien fait, a la maniere ITU, avec nos noms marques et tout !

Pas de Pasta Party “officiel”, ici ca n’existe pas, et de toutes facons je n’y participe que très rarement.

RACE-Day

Jour le plus chaud de la semaine, les Latino aiment  prendre leur temps le matin: le depart est a 8h20 pour ma vague, nous allons donc courir entre 11h00 et 13h00: bon entrainement en perspective de St George !

– Levé a 5h00, déjeuner copieux,sans réveiller Claire, puis j’attrape un “Collectivo” pour me rendre au lieu du départ

– je prépare ma zone de transition, tartinage de creme, enfilage du Wet, prend des photos, chatte un peut avec Cesar, et hop, on part vers la plage.

Natation (1900m)

8:20, le départ est donné, la natation est OK, les vague de départ sont assez grosse, mais rien a voir avec la “washing machine” de IM Florida. le parcours fait un W, on doit donc ressortir de l’eau au milieu, puis y retourner, ca casse bien le souffle quand même!

8:52, moins de 33min, le travail fait essentiellement sur la technique ces dernières semaines a payé 🙂 

T1

La zone de transition est très longue, environ 400m (il faut traverser toute la rangee de 2×350 velo et ressortir de l’autre bord). 


Important: ne pas oublier de se tartiner de crème solaire 🙂

Vélo (90km)

8:56, début du velo, ca me rappelle ma premiere annee de Triathlon: aucune bébelle”Aero” (casque, roue, bidons…), pas d’odomètre, vélo en Alu. Par contre ce Couic-Couic c’est assez fatiguant et ca fait pas très sérieux. 

Les jambes ne sont pas trop mauvaises, le parcours est assez roulant sur la première boucle et surtout les commissaires font un excellent travail pour dissoudre les pelotons: c’est la premiere fois que je vois autant de commissaires sur une course. BRAVO a l’organisation, les courses aux US et au Québec devraient en prendre de la graine !!

A la fin du premier tour le retour en ville est un peut complique, la rue étroite force les concurrents a prendre toute la largeur des rues étroites, il faut être prudent et ralentir.

Je boucle le premier tour autour de 1h12 (37.5km/h), mais comme on m’avait prévenu, le second tour est bien plus dur car un fort vent de face se lève a la fin du parcours.
Effectivement ca rigole un peut moins, (bon se rappeler aussi d’apporter sa propre selle en voyage, ça pese pas si lourd…), le vent est de la partie, les jambes commencent à me rappeler qu’on est pas en Septembre et que les sessions de HomeTrainer durent 1h30 😉

Je termine le velo autour de 2h26, malgré la beauté du parcours, je suis content d’en finir (mon dos et mes fesses aussi !)  

T2

Re-badigeonnage de crème solaire.

Course a pied (21,1km)

Ouch ! Ca parait que le positionnement n’était pas optimal et qu’il me manque pas mal de kilo sur le vélo (peut être trop poussé par orgueil aussi :D)


Je m’attendais a un faux plat, car  sur le plan, on courrait en majorité dans la ville, avec une petite boucle sur la “péninsule”, Mais dans la vrai vie,  tu sors de T2, et paf une cote de malade pour nous accueillir, suivit de 5km de cote et descente, puis 2km de plat dans la ville (et on fait ca 3 fois).
Idée géniale: à chaque tour, on nous donne un “colier” (une ficelle) a mettre autour du cou, comme ca on sait dans quel tour sont les concurents (car apres 35mn, on se retrouve avec du monde qui entame son premier tour, quand toi tu entames ton 2e). Ils devraient faire pareil ici !!

La foule est survoltée, ils ont a peine la place de se mettre sur le bord de la route tellement il y a de monde !

Pour moi, venant de Montreal, et avec mon gabarit, le défi principal était de gerer au mieux la chaleur, donc ne pas depasser une certaines Frequence Cardiaque, m’arroser le plus possible, mettre des éponges dans le chandail, etc… Les multiples cotes ont un peut corse la chose, mais finalement j’ai reussi a faire une course constante, bouclant mes 3 tours de 7km, sensiblement dans les meme temps (32′09, 33′30, 32′40). Dans un secteur nous avions un vent de face qui nous rafraichissait pendant environ 1km sur le plat, à ce moment la, je retrouvai un mon pace et ma foulée: c’est vraiment une impression étonnante !

L’arrivée est spectaculaire, avec la foule, les drapeaux, le commentateur, excellent !

Environ 1h39 pour le 21k, mais  Je suis bien explosé:

Aucune idée de mon classement en franchissant la ligne,  (ça donnera finalement 4h43, 68/686 au général) mais ça a peut d’importance, je discute avec les concurrents, j’attend Cesar, puis direction le massage, dans un cadre plutot pas mal !

Beaucoup de monde fini la course déshydraté, aux “urgences”

Du coup je prend pas de risque:

Épilogue

La suite du voyage est encore plus longue à raconter, et bien plus extraordinaire, mais je garde ça pour moi 😉

En résumé, pour ceux qui ont l’experience sur la distance, je ne peux que vous conseiller d’aller tenter l’aventure, ca en vaut vraiment le detour: quand ils disent que c’est le plus beau Triathlon du Monde, je dois bien avouer qu’à date, j’ai pas vu mieux, et avec une organisation impeccable.

Pucon est le rendez vous incontournable du Triathlon pour tout un continent, qui comprend notamment le Chili, mais surtout l’argentine et le Bresil. Mais c’est aussi une des épreuve préférée parmis les Professionnels, les grands noms du Triathlon y sont passé. « La course de Pucon accueille en effet un des plus anciens triathlons et a acquis avec l’âge une maturité qui en fait un des événements les plus courus au monde » XTriathlon.com

Afin de vous simplifier la vie, j’ai trouve le moyen de faire livrer votre vélo simplement, et de ne pas avoir a vous en soucier pendant tout votre sejour. J’ai aussi plein de bon plans pour l’hebergement.

En fait je me demande meme si je ne vais pas organiser un camp d’entrainement dans la région l’année prochaine, mais c’est une autre histoire !

En un mot: ALLEZ Y !!

Bart

Remerciement special à Cesar Augusto Nuñez Hernández, sans qui je n’aurai pas fait cette course, ni decouvers ce pays époustouflant.

Alex J., j’ai une pensée spécial pour toi, je te promets qu’un jour on se retrouvera sur un 70.3 quelque part sur la planète !

Merci à tous les Chickens pour vos encouragements, c’était trop cool de lire vos commentaires avant et après la course !
C’est  fort d’avoir des amis avec qui rouler dehors jusqu’en décembre !!

Publicités

2 réflexions sur “Pucon IronMan 70.3 (fr)

  1. Excellent le blog dédié au triathlon, et super compte rendu: on croit revivre la course en live !
    Dommage d’ailleurs qu’on ne puisse pas suivre la course en live sur le site de Pucon: petit bémol à l’organisation…

    Enfin, félicitations pour ta nouvelle perf, surtout au vu du manque d’entrainement en cette saison hivernale, et du matériel….
    Et pour la cap sous le soleil et la chaleur, qui fait , monter le pace, je vois bien de quoi tu veux parler, et je trouve que pour un gars du froid, t’as géré ça remarquablement: rythme parfaitement conservé: c’est de bonne augure pour St-Georges !

    En tout cas, ça donne envie d’aller visiter la région tout ça !

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s